Ca commence par une tâche, une couleur, le choix du pinceau.

Un geste brusque ou caressé.

La première action en attire une autre.

Parfois cela s' enchaîne, de façon fluide, rythmée ou syncopée.

C' est une opération simple, je navigue à vue.

Les strates s' accumulent, pour occulter ou mettre en évidence.

Je travaille toujours sur plusieurs toiles simultanément, je passe de l' une à l' autre.

La peinture déborde, d' un tableau à un autre, il y a une logique d' ensemble.

Les toiles sont abandonnées, puis reprises sur plusieurs séances.

je cherche un équilibre fragile, une vision inédite, je veux me surprendre.

Geste, rythme, circulation, couleur, écriture.

Le processus prend fin de lui-même, comme une évidence.

La peinture reste pour moi un moment suspendu, une vision poétique,

un élan vital qui n' est soumis à aucune règle.

Une belle  illusion.

Nicola Bonessa, 2017